Exposition Au Bord – Villeneuve-la-Garenne

2013

Texte du catalogue par Jean-François Bouthors, éditeur et écrivain.

AU BORD

Qu’est-ce que le temps ? se demande Augustin au livre XI de ses Confessions. Si, comme il l’affirme, le passé n’est plus, le futur n’est pas encore, et le présent s’évanouit immédiatement, notre existence est toujours au bord… Sur le fil, à la frontière. Au bord du passé qui s’enfuit. Au bord du futur qui reste insaisissable.

Vivre, créer, désirer c’est être au bord de ce que l’on ne connaît pas encore, qui ne nous appartient pas, que l’on attend ou que l’on souhaiterait voir advenir, mais qui viendra aussi peut-être sans qu’on l’appelle, ou autrement qu’on le voudrait. Au bord de ce que l’on espère comme de ce que l’on peut craindre.

Les peintures, les photographies, la vidéo, les dessins de Catherine Van den Steen saisissent et recomposent ces instants où la vie, la création, le désir nous tiennent au bord, dans ce déséquilibre de la marche, de la respiration, de la conversation, du regard. Dans l’intranquillité du temps. Le paradoxe de l’image, c’est ici de fixer l’incertitude, cet espace dans lequel il demeure un manque dans lequel s’inscrit le principe de l’existence, la sortie de soi pour se découvrir, et comme l’écrit Paul Ricœur, se découvrir « soi-même comme un autre » – et l’autre comme participant de soi-même. Tout l’enjeu du travail de l’artiste, c’est la manifestation de cet invisible de la scène, du temps, du lieu et de l’humain qui permet d’envisager – au sens de Levinas – l’avenir.

Saisis dans une tension qui, pour cette production, se joue entre la France et l’Algérie, à l’occasion de la création d’une pièce de théâtre donnée sur les deux rives de la Mare Nostrum, ces instants dépassent cette détermination, sans l’oublier ni la gommer, mais en la projetant au-delà d’elle-même. Car c’est notre condition humaine qu’explore l’artiste. Un sac de femme qui semble attendre entre trois hommes, la direction d’un regard, le tournoiement d’un acteur, le point de fuite d’une perspective, l’exploration d’un espace sur une scène… sont autant de détails qui suscitent l’interrogation du spectateur, appellent son imagination, dessinent un manque qui le place en déséquilibre et le convoque au bord… L’œuvre se propose comme un récit à composer, une histoire à poursuivre, une conversation à reprendre, une quête à élaborer. Elle est ouverte sur un à-venir qui appartient à chacun de ceux qui s’arrêtent – un instant – devant elle.