Édition

retour à ACCUEIL

PORTRAITS D’EXIL édition BUCHET/CHASTEL, juin 2022

Préface de Paul Ardenne, historien de l’art et commissaire d’exposition

 

 » En travaillant sur la série de portraits que je voulais inscrire dans une interprétation lumineuse du mouvement de la Chute d’enfer des damnés de Rubens, j’ai rencontré des personnes exilées et j’ai trouvé que ce qu’elles me disaient était tellement riche que j’avais l’impression que j’allais perdre quelque chose de cet échange. 

De là est né l’envie de réaliser ce livre en y associant Béatrice Toulon, une amie qui a une grande expérience de journaliste, à qui j’ai proposé de rencontrer mes interlocuteurs pour restituer leurs récits. »

Nous souhaitons permettre à ceux qui le souhaitent et qui veulent en savoir plus d’avoir accès à ces pépites. Parce que ce que racontent ces hommes et ces femmes qui ont traversé des choses incroyables, ce sont des pépites de vie. Ils sont là, debout devant nous et viennent à notre rencontre.

Catherine Van den Steen et Béatrice Toulon

LIVRE D’ARTISTE

« C’est l’œil en coin que Catherine Van den Steen s’est promenée dans Villiers-le-Bel en 2014 et 2015, pour capter les espaces, les lignes, les surfaces, les personnes. Son regard s’est focalisé sur ce que les urbanistes des années cinquante et soixante du siècle dernier avaient appelé « les grands ensembles »

…Le bleu que l’artiste, avec la liberté de son imaginaire, est venu déposer sur un mur, sur un piquet, sur une barrière, sur un arbre, sur une robe, sur un gilet, transperce l’épaisseur lourde du réel par sa force poétique et ouvre la possibilité de la contemplation, là où l’observation plate pourrait conclure à l’accablement, à la lassitude, à la banalité…

Nul reportage ici, nulle sociologie, mais une manière de subvertir le réel pour le transcender ou plutôt – paradoxalement, puisque cela passe par l’opération du recadrage –, de le déborder, de lui permettre de se dépasser lui-même dans le regard porté sur lui. La forme même de l’objet, non pas des pages qui se tournent, mais une bande de quarante-huit images, pliée en accordéon, invite à une lecture à la fois scandée et continue… »

extrait du texte du livre par Jean-François Bouthors (éditeur et écrivain)

LE SENS D’UNE ESCAPADE, Villiers-le-Bel, 2018

Catalogue de l’exposition DRIE KEER BELGISCH/BELGE TROI FOIS, novembre 2010.

textes de Werner Moron, artiste plasticien belge, et Jean-François Bouthors, journaliste et écrivain

Catalogue de l’exposition DANS LA LUMIERE DU MONDE, septembre 2007.

textes de Christian Caujolles et Catherine Chalier.